Millas 24h Actus
  Les Blogs de Millas
  Mairie Infos
  Accueil - Contacts
  Historique
  Edito
  Elus de Millas
  Décisions municipales
  Services de la Mairie
  Enfance et Jeunesse
  Syndicat d'initiative
  Avis d'appels d'offres
  Charte intercommunale
  Zones d'activités
  Régie des eaux
  Lettre ouverte aux élus
  Magazine de la ville
  Associations
  Plan de la ville


Index / Services de la Mairie / Eau et Assainissement   
Eau et Assainissement
Imprimer la page en cours    Retour à la page précédente    Retour à la Home-Page

        La reconstruction de la station d’epuration

 Les travaux de reconstruction de la station d'épuration ont démarré en septembre 2009 et se termineront en juin 2010.

 

Si les investissements en matière d’investissement des eaux usées (peu visibles car les résultats sont cachés ou enterrés) sont médiatiquement peu porteurs, ceux-ci s’avèrent pourtant très significatifs en matière de développement de la cité.

 

En effet, la population de MILLAS augmente, bientôt 5 000 habitants, et le potentiel de dépollution de la station d’épuration doit suivre la pression démographique.

 

De plus, la reconstruction de l’installation est la suite logique des travaux d’étanchéisation du réseau d’égouts, qui viennent d’être terminés.

 

Enfin, comme les nouvelles normes européennes imposent des contraintes supplémentaires, la nouvelle usine de dépollution sera capable de traiter l’azote et le phosphore.

 

Le nouvel équipement sera donc doté d’un système de traitement biologique intensif par boues activées en aération prolongée.

 

Pour prendre en considération les débits supplémentaires d’effluents générés par temps de pluie, le clarificateur et les équipements électromécaniques seront surdimensionnés.

 

Pour le maire, « aucune augmentation du parc de logements n’est possible si la station d’épuration n’est pas en capacité de recevoir des effluents supplémentaires. C’est pour cela que nous nous sommes calés sur une capacité de traitement de 8 000 équivalents habitants (EH) qui nous laisse une bonne marge de manœuvre ».

 

La station d’épuration sera reconstruite sur place sans que soit, à aucun moment, arrêté le fonctionnement des équipements actuels.

 

Pour atteindre une capacité de 8 000 EH, seront construits un nouveau poste de relevage, un nouveau prétraitement, un dégrillage supplémentaire, un second bassin d’aération et un autre clarificateur.

 

Sera également installé un système de désodorisation afin de limiter les nuisances olfactives.

 

Des mesures compensatoires en terme d’aménagement paysager seront aussi prévues pour tenir compte de la proximité de quelques habitations et de la route nationale 116.

  L’atlas géographique du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) « RHONE-MEDITERRANEE-CORSE » offre une vision globale de la qualité physico-chimique des eaux de la Tet.

 

En amont du fleuve, les eaux présentent une très bonne qualité mais celle-ci ne cesse de se détériorer tout au long  de leur cheminement :

-          de la source à MONT-LOUIS : très bonne qualité,

-          de MONT-LOUIS à ILLE-SUR-TET : bonne qualité,

-          d’ILLE-SUR-TET à PERPIGNAN : qualité passable,

-          de PERPIGNAN à la mer : mauvaise qualité.

 

Ce constat s’explique notamment par l’impact de la forte urbanisation de la plaine du ROUSSILLON.

 

En faisant porter ses efforts sur l’optimisation du système communal d’assainissement, la municipalité de MILLAS se fixe l’objectif d’obtenir, à très court terme, une bonne qualité des eaux de la TET lorsque le fleuve traverse le territoire de la ville.